Jeux vidéo et Linux : les jeux libres et open-source

Souvent absent des plate-formes d’information de jeux vidéo, Linux est pourtant bien présent dans le monde du jeu vidéo. Voici un état des lieux.

Les jeux libres et open-source

Première manière d’aborder le jeu vidéo sous Linux, les jeux dont tout le monde a le droit de modifier, de partager, de revendre comme pour l’entièreté du système. Voici quelques exemples.

0.A.D

0.A.D est un jeu de stratégie temps réel en 3D. Le moteur du jeu est suffisamment puissant pour un rendu très propre et actuel. Au départ le jeu a été développé par Wildfire Games qui souhaitait le distribuer de manière classique mais a libéré le code source du jeu et plus important, toutes les ressources graphiques et sonores du jeu.

Aujourd’hui, 0.A.D est un jeu complet avec des modes de jeu en solitaire ou en réseau, un nombre conséquent de cartes et de factions disponibles. De plus, le soucis du détail historique de chaque faction permet d’en apprendre un peu plus sur ces lointains ancêtres jadis illustrés par Age Of Empire (premier du nom).

Open Morrowind

Ou plus court : OpenMW est un jeu un peu spécial. Il ne s’agit pas d’un jeu à proprement parler mais d’un moteur de jeu, et quel jeu ! Nous parlons de The Elder Scrolls III : Morrowind, un jeu de rôle immense au charme certain, sorti en 2002. Le jeu est immense. La carte du monde est l’équivalent de 24km² représenté. Mais quand le jeu est sorti de nombreux bugs le rendait très énervant et beaucoup de fans se sont mis à « modder » le jeu, pour l’améliorer. C’est justement ce genre de pratique qui a amener les créateurs d’OpenMW à se lancer dans la recréation du moteur 3D du jeu. Ils ne distribuent pas le jeu (les graphismes, les musiques, les bruitages… restent la propriété de son éditeur, Bethesda), mais un autre moyen de faire tourner ses ressources.

OpenMW se paie même le luxe d’améliorer le jeu original en rééquilibrant certaines mécaniques de jeu (les enchantements par exemple).

Prochaine étape pour le projet, porter de manière encore plus complète l’éditeur Morrowind afin que de nombreux autres projets puissent profiter du nouveau moteur de jeu.

War$ow

Ce jeu un peu particulier illustre le principe de libération du code source d’un jeu. War$ow est un lointain petit fils de Quake 3 Arena, développé par IdSoftware et sorti en 1999. Pourquoi lointain ? Parce que de Quake 3 Arena, War$ow n’en a gardé que le moteur de jeu. Mais là où OpenMW permet de rejouer au jeu original (amélioré, sous Linux et Mac), War$ow propose un autre jeu.

Une autre identité graphique, le jeu est entièrement en cell-shading, une technique de représentation qui permet un effet « cartoon », des univers futuristes inspirés d’Unreal Tournament (le grand concurrent de toujours de Quake). War$ow reprend aussi des mécaniques de gameplay héritées d’un mod très populaire de Quake 3, Rocket Arena, très joué et prisé des joueurs pour son côté nerveux et rapide.

Le jeu est aussi présent dans des conventions où des tournois sont encore organisés. Nous parlons quand même d’un jeu dont le moteur graphique a près de 20 ans !

Ryzom et les autres…

Ryzom est MMORPG qui a été libéré par son studio de développement. Tout a été libéré, toutes les ressources graphiques, le moteur du jeu, les sons, l’histoire de l’univers… Ce jeu, au départ payant avec un abonnement (comme pour World Of Warcraft), est un MMORPG en ligne, un jeu de rôle massivement multi-joueur.

Je ne vais pas revenir sur ce que j’ai expliqué plus haut, mais sachez que Ryzom a fait des petits.

Khaganat

Khaganat est de ceux-là. Basé sur le moteur de Ryzom, Khaganat se veut être un univers totalement original. Beaucoup de ressources valorisent le travail avec des logiciels libres, des ressources libres… Le projet est titanesque (parce que certains outils ne sont pas disponibles ou nécessitent des adaptations), mais il permet au jeu sous Linux de montrer un peu comme 0.A.D qu’une de ses forces est l’implication d’une communauté dans le développement de ses jeux.

Partager ?